EST-CE DANGEREUX DE VOYAGER EN ÉGYPTE ?

C’est la question la plus fréquente que l’on nous pose depuis notre retour d’Egypte. Et c’est également LA question que nous nous sommes posés avant de nous décider.
Entre reportages sur les merveilles de ce pays et unes affolantes au journal de 20h, je vais essayer de répondre à cette question le plus objectivement possible.

CE QUE DIT LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS SUR L’ÉGYPTE

Si vous ne le faites pas encore, c’est un bon réflexe à prendre : avant chaque voyage, direction le site du gouvernement français France Diplomatie pour jeter un œil sur les zones à surveiller lors de votre périple. En Egypte, ça donne actuellement quelque chose comme ceci :

Pas très rassurant n’est-ce pas ? Les zones rouges sont omniprésentes, il n’y a aucune zone verte en vigilance normale.
A vue d’œil, c’est un pays à éviter.

CE QUE DISENT LES AUTRES PAYS SUR LA FRANCE

Pour mettre les choses en perspective, voici ce que les gouvernements étrangers conseillent à leurs ressortissants quand ils parlent de la France :


Ce que le Canada indique :
France – Faites preuve d’une grande prudence en France en raison de la menace terroriste actuellement élevée.

Ce que l’Australie indique sur la France : 
Exercise a high degree of caution in France due to the high threat of terrorist attack. Be alert.

Ce que les Etats Unis indique sur la France :
Exercise increased caution in France due to terrorisme.

Autant dire que ce n’est pas folichon. Et pourtant, je pense que la plupart d’entre nous ne nous sentons pas particulièrement en danger au quotidien. Les gouvernements jouent évidemment la carte de la précaution poussée parfois à son paroxysme et ont souvent des avis très tranchés dès lors qu’un pays est une dictature ou que des attentats ont eu lieu ces dernières années. Ce qui est bien entendu parfaitement compréhensible !
C’est le cas notamment de l’Egypte avec la révolution de 2011, sans parler des groupes armés qui font régulièrement des incursions dans le pays.

FINALEMENT, QUEL A ÉTÉ MON RESSENTI : L’EGYPTE EST-IL UN PAYS DANGEREUX ?

Le risque zéro n’existe pas et je ne peux pas vous garantir qu’il n’arrivera jamais rien. Je ne parlerai ici que de notre expérience, de notre ressentie, et uniquement des endroits que nous avons visités.
Afin de rendre ceci plus simple, voici une carte de notre parcours.

Première question que l’on se pose à l’aéroport du Caire ; Peut-on louer une voiture en égypte ?
En effet, aucune enseigne de locations n’est présente dans l’aéroport. Nous comprendrons plus tard, que conduire en Égypte, plus spécialement au Caire, est mission impossible … Autrement dit, imaginez la circulation parisienne en 10 fois pire. Les routes du Caire sont bondées de jours comme de nuit. Le code de la route est inexistant. Les phares de nuit, une option. Les dos d’âne, des pyramides infranchissables …
Sans parler de l’aspect sécurité avec les barrages de l’armée qui ne vous laisserons pas aller ou bon vous semble.
« Officiellement », vous pouvez louer une voiture en Égypte sur certains sites internet mais en pratique ce doit être plutôt compliqué. Sans parler des conducteurs égyptiens qui sont très peu assurés…
Il vous sera plus simple de prendre le train ou un taxi qui sont des solutions peu coûteuses.

↣ Généralités : Vous verrez des policiers et aurez des contrôles de vos valises un peu partout en Égypte. Notamment à l’entrée de chaque hôtel, aéroport et site touristique. Votre passeport vous sera également demandé à plusieurs reprises.

↣ Parlons maintenant de la sécurité au Caire : officiellement en zone « jaune » (vigilance renforcée).
Le Caire est une ville amusante et intéressante à explorer. Il est important de prendre des précautions standard comme vous le feriez dans n’importe quelle autre capitale. Restez vigilant, gardez un œil sur vos affaires en tout temps et ne vous aventurez pas dans des endroits que vous ne connaissez pas, surtout la nuit.

  • Risques d’escroqueries : Comme dans tout autre pays, les chauffeurs de taxi vont essayer de profiter des voyageurs en les surchargeant. La plupart des taxis n’ont pas de compteur, alors préparez-vous à négocier votre tarif avant d’entrer dans le taxi et dire à votre chauffeur que vous voulez être déposé à la porte principale. Si vous marchez vers un musée, il y a de très grande chance que vous soyez arrêté par quelqu’un vous disant que le Musée est fermé ou qu’il y a une protestation, et ils vous inviteront dans leur magasin pour prendre le thé pendant que vous attendez. Ils vous feront alors pression en achetant quelque chose de leur magasin.
  • Marchandage : Le marchandage est presque une institution en Egypte. Vous pouvez espérer une baisse jusqu’à 70% du prix initiale si vous vous y prenez bien. Faîtes également attention aux produits chinois omniprésents dans les souks et autres lieux touristiques.

↣ El-Fayoum : officiellement en zone « orange » (déconseillée sauf raison impérative).
Nous étions « escortés », du moins suivis de près, par une voiture de police depuis le Caire tout le long de notre excursion à El-Fayoum.
Nous visitons également des ruines en compagnie d’un garde armé.
Cette ville est plutôt déserte et nous avons rencontré peu de touristes.

↣ Le désert blanc et le désert noir : officiellement en zone « rouge » (formellement déconseillée).
Le gros problème de la région, c’est l’instabilité de la Libye, depuis la chute de Kadhafi. L’armée égyptienne mène régulièrement des opérations contre les trafiquants ; et, même si ce n’est encore jamais arrivé, il est possible que des djihadistes basés en Libye fassent des excursions dans le Sahara égyptien. Mais rappelez-vous deux choses : c’est l’armée qui est au pouvoir en Egypte, et le tourisme représente une source de revenus très importante qu’il faut à tout prix protéger. Statistiquement, vous avez plus de chances de gagner au Loto que d’être victime d’un attentat en Egypte.
Sachez également qu’officiellement, il est interdit d’aller dans les zones rouges et que les agences de voyages ne vous y emmèneront pas.
J’ai tout de même réussi à trouver une agence nous permettant de nous rendre dans ce désert et d’y dormir une nuit.
Mais ce n’était pas gagné. En effet le jour de notre départ, un taxi (ne parlant pas anglais) vient nous chercher à notre hôtel. Le chauffeur semble se disputer avec les policiers en charge de la sécurité de l’hôtel. Soudain le chauffeur nous tend un téléphone ; c’est l’agence avec qui nous avions réservé l’excursion. Celui-ci nous dit de dire à la police que nous nous rendons à l’aéroport et non dans le désert. Nous suivons ces instructions avec une petite peur en tête… Celle-ci ne s’apaisera pas sur la route. Nous passons, effectivement, au moins 5 barrages armés avec contrôle des passeports et des valises.
Finalement, nous arrivons dans une sorte de petit hôtel ou nous retrouvons plusieurs touristes. Pas de français mais plusieurs chinois.
L’excursion sur 2 jours s’est passé sans encombre et sans croiser personne.

↣ Siwa : officiellement en zone « rouge » (formellement déconseillée).
Siwa est très proche de la frontière libyenne. Ce qui rend son accès aussi limité que le désert blanc et noir.
Pour s’y rendre depuis le désert blanc, le plus simple aurait été de passer par le désert. Au lieu de cela, nous avons dû retourner au Caire et passer par Marsa Matruh. Nous avons également dû repasser par bons nombres de barrages armés.
En effet, la route reliant le désert blanc à Siwa est interdite en raison de sa forte proximité avec la frontière libyenne.
Sur place, notre guide nous dit que nous pouvons nous déplacer à pied librement dans le village. Et, effectivement, nous n’avons ressenti aucune menace ou tension dans cette oasis calme à l’écart de la foule du Caire.

↣ Sharm El Sheikh : officiellement en zone « orange » (déconseillée sauf raison impérative).
Sharm El Sheikh se situe à la pointe sud du désert du Sinaï (très proche de l’Arabie Saoudite). Nous nous y sommes rendu en avion depuis le Caire sans problème. La « station balnéaire » est déserte, il y a très peu de commerces ouverts et de circulation. Nous retrouvons, néanmoins, beaucoup de touristes aux spots de plongée.
La police est présente aux abords des hôtels comme partout en Égypte et il y a également quelques barrages armés.
Nous nous sommes sentis en entière sécurité dans cette ville, même en trek équestre dans le désert.

↣ Louxor et Aswan : officiellement en zone « jaune » (vigilance renforcée).
Louxor et Aswan sont des villes se situant aux abords du Nil. Il est important de prendre des précautions standard comme vous le feriez dans n’importe quelle autre ville. Restez vigilant, gardez un œil sur vos affaires en tout temps et ne vous aventurez pas dans des endroits que vous ne connaissez pas, surtout la nuit.

VOYAGE EN EGYPTE ? POURQUOI C’EST EN FAIT LE MEILLEUR MOMENT POUR Y ALLER.

Premièrement, le tourisme est vital pour l’économie égyptienne. Si le flot des touristes se tarit, le pays n’en sera que plus déstabilisée, et la menace terroriste / djihadiste ne fera qu’augmenter. Voyager en Egypte et y faire du tourisme, c’est aider à combattre cette menace et à stabiliser cette région du monde. « D’accord, mais pourquoi moi ? Pourquoi prendre un risque ? » : je vous le répète, l’armée égyptienne a mis le paquet pour garantir la sécurité de tous les touristes qui vont en Egypte. Vous aurez plus de chance d’être victime d’un accident de la route en France, ou de gagner au Loto, que d’être victime de quoi que ce soit en Egypte !
D’ailleurs, pour relancer l’économie égyptienne après le Printemps arabe de 2011, les autorités ont fortement déprécié la livre égyptienne. Ce qui a eu pour conséquence de faire chuter les prix des hôtels, excursions, activités, restaurants, en multipliant le pouvoir d’achat des touristes grâce à un taux de change extrêmement favorable. L’Egypte est donc une destination peu coûteuse en ce moment.

Ces prix ne vont pas durer : dès que le tourisme recommencera à affluer en masse, les prix reviendront à leurs niveaux initiaux, plus proches de ce à quoi vous pouvez être habitués par ailleurs.
Au-delà de l’aspect mercantile des choses, les Egyptiens sont connus pour être très hospitaliers et très accueillants en temps normal. Imaginez ce trait de caractère multiplié par dix à un moment où il y a dix fois moins de touristes européens que d’habitude.

Conclusion ? Même si nous ne nous sommes jamais senti dans l’insécurité, certains points ont quand même attisé notre curiosité. Je répète qu’évidemment le risque zéro n’existe pas et nous ne pouvons assurer à personne qu’il n’arrivera jamais rien, mais si vous nous demandiez si l’Egypte est un pays sûr et si la situation actuelle de cette zone telle qu’elle nous est exposée est véridique, nous répondrions : « N’hésitez pas, ce pays est magnifique, les gens y sont accueillants, allez -y, foncez ! »

ABONNE-TOI

ET REÇOIS LES ACTUALITÉS EN PREMIER !