L’ÉGYPTE DES PHARAONS

Après un premier voyage fantastique au Moyen-Orient (retrouvez l’article ici), je n’avais qu’une envie ; y retourner !
Visiter l’Égypte était mon rêve depuis longtemps. Malheureusement, les récents évènements dont les médias aiment faire leurs choux gras, notamment la révolution de 2011 et les quelques évènements qui frappèrent le pays depuis, ne m’encourageaient pas à m’y rendre.
Je me demandais clairement si voyager en Égypte était dangereux. Question à laquelle je réponds en détails dans cet article.

Bref, pour moi l’Egypte restait donc à découvrir, dans son intégralité, au-delà des clichés et des préjugés.

Du Caire à Aswan et du Sahara au Sinaï, ces 3 semaines de découvertes ont été merveilleuses !

Première étape : Le Caire et ses impressionnantes pyramides de Gizeh.

Rendez-vous ce jour avec les célèbres pyramides, celles que l’on connait tous, la dernière merveille du monde encore existante, la pyramide de Kheops !

Comment imaginer que 2500 ans avant JC les hommes aient pu être capables de construire de tels monuments ? Pour l’anecdote, la pyramide de Kheops est faite de plus de 2 millions de blocs de pierres de 2 tonnes (voire plus) chacun. Construites il y a environ 5000 ans, le mystère reste encore aujourd’hui entier sur la manière dont les Egyptiens réussirent à ériger ces immenses monuments. A titre de comparaison, si toutes les pierres que composent la pyramide de Kheops étaient mises les unes à la suite des autres, on pourrait construire un mur de plus de 3 mètres de haut le long de toutes les frontières terrestres de France. Ce qui laisse imaginer l’ampleur de la tâche.

En bref : le site est indéniablement magnifique et impressionnant. On y retrouvera malgré tout bon nombre de touristes (il ne fallait pas trop rêver) et de vendeurs assez insistants.
Vous pouvez acheter des billets pour entrer dans les pyramides (300 L.E ≈ 15 EUR). Pour être honnête, ça n’en vaut pas le coup … En effet, vous n’y verrez rien d’éblouissant. Je m’attendais à voir des murs de hiéroglyphes ou des peintures de l’époque. Au lieu de cela, vous devez escalader/grimper des sortes d’escaliers dans des couloirs très étroits, vous baisser/ramper pour accéder à la seule pièce où l’on vous donne accès. Ici, que de la pierre et une sorte de tombeau (en pierre). L’endroit est très sombre, on n’y voit rien, il doit faire environ 50 degrés et les photos sont interdites… Comparé à l’émerveillement de la vue extérieure, nous sommes assez déçus.

Cela ne durera pas longtemps. Nous optons pour une balade à dos de chameaux au coucher du soleil autour du plateau de Gizeh. Le spectacle fut saisissant.
Il n’y a plus aucun touriste et le coucher de soleil sur les pyramides s’est bien sûr révélé magnifique. Le soleil rougeoyant donne une ambiance encore plus particulière et mystique au site. 
Un véritable voyage dans le temps que l’Egypte n’a pas cessé de nous offrir.

Première étape : Le Caire et ses impressionnantes pyramides de Gizeh.

Rendez-vous ce jour avec les célèbres pyramides, celles que l’on connait tous, la dernière merveille du monde encore existante, la pyramide de Kheops !

Comment imaginer que 2500 ans avant JC les hommes aient pu être capables de construire de tels monuments ? Pour l’anecdote, la pyramide de Kheops est faite de plus de 2 millions de blocs de pierres de 2 tonnes (voire plus) chacun. Construites il y a environ 5000 ans, le mystère reste encore aujourd’hui entier sur la manière dont les Egyptiens réussirent à ériger ces immenses monuments. A titre de comparaison, si toutes les pierres que composent la pyramide de Kheops étaient mises les unes à la suite des autres, on pourrait construire un mur de plus de 3 mètres de haut le long de toutes les frontières terrestres de France. Ce qui laisse imaginer l’ampleur de la tâche.

En bref : le site est indéniablement magnifique et impressionnant. On y retrouvera malgré tout bon nombre de touristes (il ne fallait pas trop rêver) et de vendeurs assez insistants.
Vous pouvez acheter des billets pour entrer dans les pyramides (300 L.E ≈ 15 EUR). Pour être honnête, ça n’en vaut pas le coup … En effet, vous n’y verrez rien d’éblouissant. Je m’attendais à voir des murs de hiéroglyphes ou des peintures de l’époque. Au lieu de cela, vous devez escalader/grimper des sortes d’escaliers dans des couloirs très étroits, vous baisser/ramper pour accéder à la seule pièce où l’on vous donne accès. Ici, que de la pierre et une sorte de tombeau (en pierre). L’endroit est très sombre, on n’y voit rien, il doit faire environ 50 degrés et les photos sont interdites… Comparé à l’émerveillement de la vue extérieure, nous sommes assez déçus.

Cela ne durera pas longtemps. Nous optons pour une balade à dos de chameaux au coucher du soleil autour du plateau de Gizeh. Le spectacle fut saisissant.
Il n’y a plus aucun touriste et le coucher de soleil sur les pyramides s’est bien sûr révélé magnifique. Le soleil rougeoyant donne une ambiance encore plus particulière et mystique au site. 
Un véritable voyage dans le temps que l’Egypte n’a pas cessé de nous offrir.

• Prochaine étape : L’oasis d’El-Fayoum.

Environ à 2h de route du Caire, nous décidons de visiter cette ville qui est l’une des plus anciennes du pays, en raison de l’emplacement stratégique où elle s’élève.

Au programme :

  • Wadi El Rayan : parc naturel protégé d’une superficie de 1 792 km2, au sud-ouest de l’oasis d’Al-Fayoum. Cet endroit est un mélange de lacs, désert, et chutes d’eau (les seules d’Égypte !).
  • Tour en felouque sur l’un des lacs du parc Wadi El Rayan.
  • Visite du site de Kom Oshim : Le plus accessible des sites antiques du Fayoum, à 30 km au nord-est de la ville de Fayoum. Vous y retrouverez les vestiges d’une ancienne ville agricole dont les ruines reposent aujourd’hui au sommet d’un immense monticule qui culmine à 12 mètres au-dessus de la plaine environnante.
    Bien que les maisons en briques aient été réduites à des murets, deux temples en pierres sont mieux préservés. Le plus grand a été construit vers la fin du premier siècle avant JC et est dédié à deux dieux crocodiles locaux.
  • Visite du musée de Kom Oshim : Tout près des ruines de Kom Oshim, ce petit musée retrace la vie de l’ancienne civilisation du Fayoum.

La parenthèse Fayoum est magnifique à faire. Vous y retrouverez un environnement très calme ; peu de voitures, pas de goudron, pas de commerces, peu de touristes, les balades, les poteries… L’endroit est très plaisant, calme et zen comparé à la folie du Caire.

• Prochaine étape : L’oasis d’El-Fayoum.

Environ à 2h de route du Caire, nous décidons de visiter cette ville qui est l’une des plus anciennes du pays, en raison de l’emplacement stratégique où elle s’élève.

Au programme :

  • Wadi El Rayan : parc naturel protégé d’une superficie de 1 792 km2, au sud-ouest de l’oasis d’Al-Fayoum. Cet endroit est un mélange de lacs, désert, et chutes d’eau (les seules d’Égypte !).
  • Tour en felouque sur l’un des lacs du parc Wadi El Rayan.
  • Visite du site de Kom Oshim : Le plus accessible des sites antiques du Fayoum, à 30 km au nord-est de la ville de Fayoum. Vous y retrouverez les vestiges d’une ancienne ville agricole dont les ruines reposent aujourd’hui au sommet d’un immense monticule qui culmine à 12 mètres au-dessus de la plaine environnante.
    Bien que les maisons en briques aient été réduites à des murets, deux temples en pierres sont mieux préservés. Le plus grand a été construit vers la fin du premier siècle avant JC et est dédié à deux dieux crocodiles locaux.
  • Visite du musée de Kom Oshim : Tout près des ruines de Kom Oshim, ce petit musée retrace la vie de l’ancienne civilisation du Fayoum.

La parenthèse Fayoum est magnifique à faire. Vous y retrouverez un environnement très calme ; peu de voitures, pas de goudron, pas de commerces, peu de touristes, les balades, les poteries… L’endroit est très plaisant, calme et zen comparé à la folie du Caire.

• Direction le Black et White Desert !

Après 5 heures de route depuis le Caire, nous découvrons ce qui sera l’un de nos endroits coup de cœur de l’Égypte…

Le Désert Noir et le Désert Blanc se situent entre les oasis de Bahariya et de Farafra. Ils font partie du grand Désert Libyque ou Désert Occidental. Le plus aride du Monde, il couvre les deux tiers du pays en s’étendant du Nil jusqu’à la Libye.

Le Désert Noir est parsemé de reliefs coniques revêtus de plaques croûteuses et constellés de pierres de couleur noirâtre. Il offre un aspect désolé et monotone.

Entre le Désert Noir et le Désert Blanc, se trouve la Montagne de Cristal faite de calcite, d’aragonite et de gypse. Les obstacles d’Agabat lui font suite, annonçant la proximité du Désert Blanc …

Le Désert Blanc, qui s’étend sur 3.000 km², est situé au nord de la grande oasis de Farafra. Il s’est formé il y a environ trente millions d’années, lorsque la mer qui avait envahi le Nord et l’Est de l’Égypte s’est retirée, découvrant ainsi de vastes étendues crayeuses. Ces couches de craie blanche et de calcaire, qui contiennent de nombreux fossiles d’organismes marins, ont alors subi une érosion intense sous l’effet de l’eau, du vent, du sable, et des importantes différences de température entre le jour et la nuit. Elles ont donné naissance à des sculptures naturelles aux formes étranges rappelant parfois la silhouette d’animaux ou de champignons.

Nous avons eu la chance de passer une nuit en camp sur place. Cela nous a permis d’observer un ciel étoilé incroyable et de profiter d’un petit-déjeuner au lever de soleil face à un paysage auquel des mots ne peuvent en exprimer la beauté.
Je conseille cette excursion à tous les amoureux des endroits dépaysants !

• Direction le Black et White Desert !

Après 5 heures de route depuis le Caire, nous découvrons ce qui sera l’un de nos endroits coup de cœur de l’Égypte…

Le Désert Noir et le Désert Blanc se situent entre les oasis de Bahariya et de Farafra. Ils font partie du grand Désert Libyque ou Désert Occidental. Le plus aride du Monde, il couvre les deux tiers du pays en s’étendant du Nil jusqu’à la Libye.

Le Désert Noir est parsemé de reliefs coniques revêtus de plaques croûteuses et constellés de pierres de couleur noirâtre. Il offre un aspect désolé et monotone.

Entre le Désert Noir et le Désert Blanc, se trouve la Montagne de Cristal faite de calcite, d’aragonite et de gypse. Les obstacles d’Agabat lui font suite, annonçant la proximité du Désert Blanc …

Le Désert Blanc, qui s’étend sur 3.000 km², est situé au nord de la grande oasis de Farafra. Il s’est formé il y a environ trente millions d’années, lorsque la mer qui avait envahi le Nord et l’Est de l’Égypte s’est retirée, découvrant ainsi de vastes étendues crayeuses. Ces couches de craie blanche et de calcaire, qui contiennent de nombreux fossiles d’organismes marins, ont alors subi une érosion intense sous l’effet de l’eau, du vent, du sable, et des importantes différences de température entre le jour et la nuit. Elles ont donné naissance à des sculptures naturelles aux formes étranges rappelant parfois la silhouette d’animaux ou de champignons.

Nous avons eu la chance de passer une nuit en camp sur place. Cela nous a permis d’observer un ciel étoilé incroyable et de profiter d’un petit-déjeuner au lever de soleil face à un paysage auquel des mots ne peuvent en exprimer la beauté.
Je conseille cette excursion à tous les amoureux des endroits dépaysants !

• Découverte du souk à la tombée de la nuit.

De retour au Caire, nous décidons de partir à la découverte du souk Khan Al-Khalili.

Ce quartier est un incontournable au Caire, très touristique et pittoresque à la fois. Levez le nez pour admirer les maisons anciennes, les magnifiques arches, portes et architecture du lieu.

Les objets à la vente sont pour la plupart made in China. Mais, dès lors que vous vous aventurez plus profondément dans les ruelles, vous pourrez alors dénicher de véritables merveilles !

Évidemment, tous les prix se négocient. C’est ce qui fait le charme du souk et il serait ennuyeux de ne pas se prendre au jeu.
Pour infos ; vous pouvez marchander jusqu’à 70% du prix de base. Pour les bijoux cela s’avère plus compliqué en raison du cours de l’or. (Renseignez-vous sur celui-ci avant de partir 
😉.)

• Découverte du souk à la tombée de la nuit.

De retour au Caire, nous décidons de partir à la découverte du souk Khan Al-Khalili.

Ce quartier est un incontournable au Caire, très touristique et pittoresque à la fois. Levez le nez pour admirer les maisons anciennes, les magnifiques arches, portes et architecture du lieu.

Les objets à la vente sont pour la plupart made in China. Mais, dès lors que vous vous aventurez plus profondément dans les ruelles, vous pourrez alors dénicher de véritables merveilles !

Évidemment, tous les prix se négocient. C’est ce qui fait le charme du souk et il serait ennuyeux de ne pas se prendre au jeu.
Pour infos ; vous pouvez marchander jusqu’à 70% du prix de base. Pour les bijoux cela s’avère plus compliqué en raison du cours de l’or. (Renseignez-vous sur celui-ci avant de partir 
😉.)

• Quelques jours à Siwa.

Siwa est une oasis de l’ouest de l’Égypte, proche de la frontière libyenne et à 560 kms du Caire.

Comme expliqué dans l’article “Est-il dangereux de voyager en Égypte, nous passons ces 8 heures de route au gré des barrages routiers de l’armée.
Nous ferons également escale à Marsa-Matrouh, une jolie petite station balnéaire située sur les bords de la mer Méditerranée.
Nous passerons, enfin, à travers un désert plat à perte de vue, avant d’arriver à la fameuse oasis de Siwa.

En cette fin de journée, notre guide nous propose de regarder le coucher de soleil à Fatnis Island.
Nous arrivons dans une sorte de bar extérieur au bord d’un lac salé avec vue sur les montagnes au loin. C’était l’endroit parfait pour se détendre après une longue journée. 🤩

Pour le diner, notre guide nous conseille de manger chez Abdou ; un restaurant au cœur du village.
Le personnel et l’ambiance étaient super, la nourriture excellente avec beaucoup de choix. Vous pouvez y aller les yeux fermés !

Après une nuit bien méritée, nous découvrons au grand jour notre hôtel (Siwa Safari Gardens Hotel). L’endroit est magnifique, comme une oasis de calme au milieu du désert, et très proche du centre. Suzy la patronne est adorable, tout comme le reste du personnel de l’hôtel !

Après un bon petit-déjeuner, il est temps de découvrir les autres merveilles de Siwa :

  • Shali Fortress : Situé en plein centre de Siwa, les ruines de Shali sont une ancienne forteresse qui a littéralement “fondue” après un orage il y a bien longtemps. Vous y aurez une vue panoramique de l’oasis.
  • Visite du Temple d’Umm Ubayd
  • Temple of the Oracle : Connu grâce à la visite d’Alexandre Le Grand durant sa conquête de l’Égypte, la visite des ruines est superbe. Avec, comme clou du spectacle, une vue panoramique sur le désert et l’oasis !
  • Cleopatra’s Pool : Une partie de l’attrait de cet endroit vient du mythe qui explique que Cléopâtre venait se baigner ici même. L’autre partie est la beauté de l’eau claire avec la végétation se reflétant dans le bassin.
  • Mountain of the dead : Cette montagne a une histoire intéressante derrière elle. Vous pourrez pénétrer dans certains tombeaux extrêmement bien conservés (Malheureusement les photos y sont interdites), monter au sommet de la montagne et admirer une dernière fois la vue sur l’oasis.

L’oasis de Siwa est, comme aiment le dire les égyptiens, l’un des secrets les mieux gardés d’Égypte. Vous y rencontrerez très peu de touristes, et, malgré sa forte proximité avec la Lybie, l’endroit est sûr, calme, et reposant. Une belle découverte à laquelle on ne s’y attendait pas.

• Quelques jours à Siwa.

Siwa est une oasis de l’ouest de l’Égypte, proche de la frontière libyenne et à 560 kms du Caire.

Comme expliqué dans l’article “Est-il dangereux de voyager en Égypte, nous passons ces 8 heures de route au gré des barrages routiers de l’armée.
Nous ferons également escale à Marsa-Matrouh, une jolie petite station balnéaire située sur les bords de la mer Méditerranée.
Nous passerons, enfin, à travers un désert plat à perte de vue, avant d’arriver à la fameuse oasis de Siwa.

En cette fin de journée, notre guide nous propose de regarder le coucher de soleil à Fatnis Island.
Nous arrivons dans une sorte de bar extérieur au bord d’un lac salé avec vue sur les montagnes au loin. C’était l’endroit parfait pour se détendre après une longue journée. 🤩

Pour le diner, notre guide nous conseille de manger chez Abdou ; un restaurant au cœur du village.
Le personnel et l’ambiance étaient super, la nourriture excellente avec beaucoup de choix. Vous pouvez y aller les yeux fermés !

Après une nuit bien méritée, nous découvrons au grand jour notre hôtel (Siwa Safari Gardens Hotel). L’endroit est magnifique, comme une oasis de calme au milieu du désert, et très proche du centre. Suzy la patronne est adorable, tout comme le reste du personnel de l’hôtel !

Après un bon petit-déjeuner, il est temps de découvrir les autres merveilles de Siwa :

  • Shali Fortress : Situé en plein centre de Siwa, les ruines de Shali sont une ancienne forteresse qui a littéralement “fondue” après un orage il y a bien longtemps. Vous y aurez une vue panoramique de l’oasis.
  • Visite du Temple d’Umm Ubayd
  • Temple of the Oracle : Connu grâce à la visite d’Alexandre Le Grand durant sa conquête de l’Égypte, la visite des ruines est superbe. Avec, comme clou du spectacle, une vue panoramique sur le désert et l’oasis !
  • Cleopatra’s Pool : Une partie de l’attrait de cet endroit vient du mythe qui explique que Cléopâtre venait se baigner ici même. L’autre partie est la beauté de l’eau claire avec la végétation se reflétant dans le bassin.
  • Mountain of the dead : Cette montagne a une histoire intéressante derrière elle. Vous pourrez pénétrer dans certains tombeaux extrêmement bien conservés (Malheureusement les photos y sont interdites), monter au sommet de la montagne et admirer une dernière fois la vue sur l’oasis.

L’oasis de Siwa est, comme aiment le dire les égyptiens, l’un des secrets les mieux gardés d’Égypte. Vous y rencontrerez très peu de touristes, et, malgré sa forte proximité avec la Lybie, l’endroit est sûr, calme, et reposant. Une belle découverte à laquelle on ne s’y attendait pas.

• Escapade à Sharm-El-Sheikh.

Sharm-El-Sheikh ou Charm el-Cheikh, est une station balnéaire bordant la mer rouge très appréciée, en particulier, des plongeurs. Elle se situe à la pointe sud du désert du Sinaï, proche de l’Arabie Saoudite et à environ 1 heure d’avion du Caire.

Notre séjour débutera par une balade à cheval de 4 heures dans le parc national de Sharm-El-Sheikh.
Ce fut l’une de nos journées coup de cœur. Le site est magnifique : désert, montagne, et mer translucide. L’écurie est tenue par un couple d’italien adorable qui recueille des chevaux (et des chiens) abandonnés ou violentés.

Après avoir galopé jusqu’au coucher du soleil à travers la mer et le désert en compagnie d’un guide au top et de chevaux aux pieds sûrs, nous dégustons un excellent repas concocté par le patron !
Après la dégustation d’un thé où nous admirons le ciel étoilé, il est déjà temps de rentrer à notre hôtel…

Pour infos : L’écurie propose des excursions pour touts types de niveaux (même les débutants). Vous pourrez vous baigner avec les chevaux, faire une balade au coucher du soleil dans le désert, et même prendre des leçons d’équitation ! Je vous conseille vivement de vivre cette expérience, qui fut pour nous, inoubliable. Retrouvez plus de détails sur leur site web, ou leur facebook.

Pour notre deuxième jour à Sharm-El-Sheikh, nous optons bien évidemment pour du snorkeling !
Nous devions initialement aller au parc national de Ras Mohammed. Malheureusement, pour des raisons officiellement diplomatiques (une personne importante a dû privatiser l’endroit 😅), notre guide nous propose une alternative, qui fut celle de l’île de Tiran.

Le bateau que nous prenons ressemble à un grand yacht. On y retrouve d’autres touristes et musique à gogo.
L’ambiance est là, la mer est si turquoise qu’elle semble avoir été retouchée sur Photoshop, la journée s’annonce bien !
Nous ferons 3 arrêts (plus de 8h d’excursion) à différents spots de plongée. On nous propose, en supplément (environ 25 euros), une plongée en bouteille. N’en ayant jamais fait, je suis partante. Et quelle expérience se fut ! « L’underworld » de la mer rouge est à couper le souffle ; mer translucide, coraux de toutes les couleurs, reliefs dans les bas-fonds impressionnants, poissons aux couleurs et aux tailles variées, etc.

Pour conclure, ces deux jours à Sharm-El-Sheikh auront été fantastiques ! Je ne vois pas quoi rajouter … 😅

• Escapade à Sharm-El-Sheikh.

Sharm-El-Sheikh ou Charm el-Cheikh, est une station balnéaire bordant la mer rouge très appréciée, en particulier, des plongeurs. Elle se situe à la pointe sud du désert du Sinaï, proche de l’Arabie Saoudite et à environ 1 heure d’avion du Caire.

Notre séjour débutera par une balade à cheval de 4 heures dans le parc national de Sharm-El-Sheikh.
Ce fut l’une de nos journées coup de cœur. Le site est magnifique : désert, montagne, et mer translucide. L’écurie est tenue par un couple d’italien adorable qui recueille des chevaux (et des chiens) abandonnés ou violentés.

Après avoir galopé jusqu’au coucher du soleil à travers la mer et le désert en compagnie d’un guide au top et de chevaux aux pieds sûrs, nous dégustons un excellent repas concocté par le patron !
Après la dégustation d’un thé où nous admirons le ciel étoilé, il est déjà temps de rentrer à notre hôtel…

Pour infos : L’écurie propose des excursions pour touts types de niveaux (même les débutants). Vous pourrez vous baigner avec les chevaux, faire une balade au coucher du soleil dans le désert, et même prendre des leçons d’équitation ! Je vous conseille vivement de vivre cette expérience, qui fut pour nous, inoubliable. Retrouvez plus de détails sur leur site web, ou leur facebook.

Sharm-El-Sheikh ou Charm el-Cheikh, est une station balnéaire bordant la mer rouge très appréciée, en particulier, des plongeurs. Elle se situe à la pointe sud du désert du Sinaï, proche de l’Arabie Saoudite et à environ 1 heure d’avion du Caire.

Notre séjour débutera par une balade à cheval de 4 heures dans le parc national de Sharm-El-Sheikh.
Ce fut l’une de nos journées coup de cœur. Le site est magnifique : désert, montagne, et mer translucide. L’écurie est tenue par un couple d’italien adorable qui recueille des chevaux (et des chiens) abandonnés ou violentés.

Après avoir galopé jusqu’au coucher du soleil à travers la mer et le désert en compagnie d’un guide au top et de chevaux aux pieds sûrs, nous dégustons un excellent repas concocté par le patron !
Après la dégustation d’un thé où nous admirons le ciel étoilé, il est déjà temps de rentrer à notre hôtel…

• Croisière sur le Nil.

Direction la ville d’Assouan, située à environ 843 km au sud du Caire, sur la rive droite du Nil, où nous embarquons pour notre croisière de 4 jours en direction de Louxor.

Pour bien débuter cette croisière, nous apprenons que nous sommes surclassés, et prenons possession de notre chambre/suite. Le bateau n’est pas très grand (pas comme un bateau de croisière classique) : une salle au premier étage pour les repas, 2 étages de chambres, puis une terrasse avec petite piscine sur le pont supérieur. Nous devons être une soixantaine à bord.

Au cours de ces 4 jours nous visiterons différents endroits, tels que :

  • Visite d’un village nubien (Seule activité organisée en dehors de la croisière) :
    Nous partons de la rive droite du Nil pour une excursion dans un dédale de petites îles. La ballade est très agréable, et notre guide nous raconte de nombreuses histoires sur Assouan.
    Nous accostons finalement au village nubien, où les maisons colorées bâties dans les dunes offrent un beau contraste. Nous prenons un Karkadé (boisson locale à base d’hibiscus) dans l’une de ces maisons et rencontrons leurs crocodiles …
    En effet, les nubiens ont un crocodile en guise de protecteur et d’animal de compagnie. Ce crocodile est logé au tout milieu du salon, dans une espèce de cage où les nubiens peuvent donner des offrandes. Le crocodile est sacré et représente le dieu Sobek (le dieu crocodile de la protection). Une fois trop grand et dangereux pour la famille, il est remis en liberté dans le lac Nasser plus au Sud.
  • Haut barrage d’Assouan : Construit dans les années 1960, le haut barrage d’Assouan était une merveille d’ingénierie à l’époque et il a changé le visage de l’Egypte. Il a également créé le lac Nasser, à l’époque le plus grand lac artificiel du monde.
    Vous y retrouverez une superbe vue sur Assouan et sur le lac Nasser.
  • Temple de Philae : Philae était une île sainte du Nil où les anciens égyptiens ont construit un temple dédié à la déesse Isis. Avec les projets de barrage sur le Nil, tout d’abord avec le barrage d’Assouan, puis plus tard dans les années 1960 avec le haut barrage d’Assouan, l’île a été de plus en plus submergée et le temple fut menacé. Dans le cadre du projet de l’UNESCO pour sauver les monuments historiques menacés par la construction du barrage sur la rivière, l’île a été endiguée, entourée d’un haut mur, pour que l’eau s’en aille et qu’on puisse découper le bâtiment en plusieurs sections pour le déplacer. Le projet a pris 10 ans.
    Maintenant, le temple est surélevé et se trouve sur l’île voisine d’Agilka. Isis était une déesse très importante dans les temps anciens. Elle était connue comme étant la mère de Dieu, celle qui donne la vie, la protectrice et guérisseuse des rois.
    La visite de ce temple est incontournable pour quiconque s’intéresse à l’Egypte et son histoire.
  • Temple de Kom Ombo : À la tombée de la nuit, nous visitons ce temple datant de 180 avant JC. Il est inhabituel car il est dupliqué en miroir de chaque côté d’un axe central. En effet, il était dédié à deux divinités : Sobek et Horus, et chacun avait besoin de leur propre ensemble de pièces. Pour Sobek, le dieu crocodile, des crocodiles ont été momifiés. Quelques uns parmi les centaines qui ont été découverts à proximité sont maintenant exposés dans le temple.
  • Temple d’Edfou : Ce temple fut construit entre -237 et -57. Il est dédié au culte de Horus. C’est le deuxième édifice religieux le plus grand d’Egypte après Karnak. Sa conservation est exceptionnelle et pourtant il fut durant des siècles ensablé comme de nombreux sites égyptiens.
  • Temple de Karnak : Véritable ville sainte, consacrée au culte d’Amon-Rê, Karnak se présente comme un sanctuaire gigantesque. C’est pourquoi vous y verrez, outre le temple d’Amon, ceux de la déesse Mout et du dieu Khonsou.
    L’ensemble de Karnak est l’un des sites majeurs de la vallée du Nil. Loin d’avoir livré tous ses secrets, il est encore et toujours l’objet de recherches et de fouilles.
  • Temple de Louxor : La cour de Ramsès II, la colonnade et la cour d’Aménophis III, résument à elles seules, mais de façon magistrale, l’histoire de ce temple dédié au dieu Amon et aux célébrations.
    Le temple de Louxor, relié à celui de Karnak par l’allée des Sphinx, était le point de départ des processions des barques sacrées chargées d’offrandes.
  • Vallée des rois : C’est dans la roche calcaire de la montagne thébaine que tous les pharaons du Nouvel Empire (hormis Akhénaton) ont choisi de faire creuser leurs tombeaux. On en compte officiellement 63, répertoriés par ordre de découverte… mais le site n’a pas encore livré tous ses secrets ! Leur conservation remarquable vous impressionnera !
  • Temple de Ramses III : Ramsès III, grand admirateur de son ancêtre Ramsès II, fut le roi guerrier de la XXème dynastie. Son temple à Medinet Habou est entièrement consacré au récit et à l’évocation de ses exploits.
    Si vous souhaitez observer un temple aux peintures bien conservées et à l’écart de la foule, je vous conseille cette visite !

• Croisière sur le Nil.

Direction la ville d’Assouan, située à environ 843 km au sud du Caire, sur la rive droite du Nil, où nous embarquons pour notre croisière de 4 jours en direction de Louxor.

Pour bien débuter cette croisière, nous apprenons que nous sommes surclassés, et prenons possession de notre chambre/suite. Le bateau n’est pas très grand (pas comme un bateau de croisière classique) : une salle au premier étage pour les repas, 2 étages de chambres, puis une terrasse avec petite piscine sur le pont supérieur. Nous devons être une soixantaine à bord.

Au cours de ces 4 jours nous visiterons différents endroits, tels que :

  • Visite d’un village nubien (Seule activité organisée en dehors de la croisière) :
    Nous partons de la rive droite du Nil pour une excursion dans un dédale de petites îles. La ballade est très agréable, et notre guide nous raconte de nombreuses histoires sur Assouan.
    Nous accostons finalement au village nubien, où les maisons colorées bâties dans les dunes offrent un beau contraste. Nous prenons un Karkadé (boisson locale à base d’hibiscus) dans l’une de ces maisons et rencontrons leurs crocodiles …
    En effet, les nubiens ont un crocodile en guise de protecteur et d’animal de compagnie. Ce crocodile est logé au tout milieu du salon, dans une espèce de cage où les nubiens peuvent donner des offrandes. Le crocodile est sacré et représente le dieu Sobek (le dieu crocodile de la protection). Une fois trop grand et dangereux pour la famille, il est remis en liberté dans le lac Nasser plus au Sud.
  • Haut barrage d’Assouan : Construit dans les années 1960, le haut barrage d’Assouan était une merveille d’ingénierie à l’époque et il a changé le visage de l’Egypte. Il a également créé le lac Nasser, à l’époque le plus grand lac artificiel du monde.
    Vous y retrouverez une superbe vue sur Assouan et sur le lac Nasser.
  • Temple de Philae : Philae était une île sainte du Nil où les anciens égyptiens ont construit un temple dédié à la déesse Isis. Avec les projets de barrage sur le Nil, tout d’abord avec le barrage d’Assouan, puis plus tard dans les années 1960 avec le haut barrage d’Assouan, l’île a été de plus en plus submergée et le temple fut menacé. Dans le cadre du projet de l’UNESCO pour sauver les monuments historiques menacés par la construction du barrage sur la rivière, l’île a été endiguée, entourée d’un haut mur, pour que l’eau s’en aille et qu’on puisse découper le bâtiment en plusieurs sections pour le déplacer. Le projet a pris 10 ans.
    Maintenant, le temple est surélevé et se trouve sur l’île voisine d’Agilka. Isis était une déesse très importante dans les temps anciens. Elle était connue comme étant la mère de Dieu, celle qui donne la vie, la protectrice et guérisseuse des rois.
    La visite de ce temple est incontournable pour quiconque s’intéresse à l’Egypte et son histoire.
  • Temple de Kom Ombo : À la tombée de la nuit, nous visitons ce temple datant de 180 avant JC. Il est inhabituel car il est dupliqué en miroir de chaque côté d’un axe central. En effet, il était dédié à deux divinités : Sobek et Horus, et chacun avait besoin de leur propre ensemble de pièces. Pour Sobek, le dieu crocodile, des crocodiles ont été momifiés. Quelques uns parmi les centaines qui ont été découverts à proximité sont maintenant exposés dans le temple.
  • Temple d’Edfou : Ce temple fut construit entre -237 et -57. Il est dédié au culte de Horus. C’est le deuxième édifice religieux le plus grand d’Egypte après Karnak. Sa conservation est exceptionnelle et pourtant il fut durant des siècles ensablé comme de nombreux sites égyptiens.
  • Temple de Karnak : Véritable ville sainte, consacrée au culte d’Amon-Rê, Karnak se présente comme un sanctuaire gigantesque. C’est pourquoi vous y verrez, outre le temple d’Amon, ceux de la déesse Mout et du dieu Khonsou.
    L’ensemble de Karnak est l’un des sites majeurs de la vallée du Nil. Loin d’avoir livré tous ses secrets, il est encore et toujours l’objet de recherches et de fouilles.
  • Temple de Louxor : La cour de Ramsès II, la colonnade et la cour d’Aménophis III, résument à elles seules, mais de façon magistrale, l’histoire de ce temple dédié au dieu Amon et aux célébrations.
    Le temple de Louxor, relié à celui de Karnak par l’allée des Sphinx, était le point de départ des processions des barques sacrées chargées d’offrandes.
  • Vallée des rois : C’est dans la roche calcaire de la montagne thébaine que tous les pharaons du Nouvel Empire (hormis Akhénaton) ont choisi de faire creuser leurs tombeaux. On en compte officiellement 63, répertoriés par ordre de découverte… mais le site n’a pas encore livré tous ses secrets ! Leur conservation remarquable vous impressionnera !
  • Temple de Ramses III : Ramsès III, grand admirateur de son ancêtre Ramsès II, fut le roi guerrier de la XXème dynastie. Son temple à Medinet Habou est entièrement consacré au récit et à l’évocation de ses exploits.
    Si vous souhaitez observer un temple aux peintures bien conservées et à l’écart de la foule, je vous conseille cette visite !

• Un dernier jour à Louxor.

Pour clore ce séjour de 3 semaines, rien de mieux qu’une balade en montgolfière au lever du soleil !
Nous avons pu alors contempler Louxor et ses sites antiques, tel un musée à ciel ouvert, comme la Vallée des Rois, le Temple d’Hatchepsout, et une vue imprenable sur le désert dans les lumières paisibles de l’aurore.

Conclusion ?

Les + :
– Multitude des paysages : mer, montagnes, déserts, oasis, villes …
– Richesse culturelle : Temples, musées, ruines … Une immersion à ciel ouvert
– Peu de touristes en dehors du Caire
– Prix très attractifs

Les – :
– Vendeurs sur sites touristiques un peu « étouffants »

ABONNE-TOI

ET REÇOIS LES ACTUALITÉS EN PREMIER !